Fitness.com
Publicité


Entraîneur de Fitness: le métier de rêve

15.05.08 - Marion Grünewald



Imprimer Print Page | Envoyer un article  artikel versenden | S'abonnerRSS FeedXML Feed


Il y a plus de 10 ans après une expérience déterminante je me suis dit « il faut que tu fasses quelque chose ». Et je l’ai fait ! Je suis allée naïvement dans le studio de fitness, qui faisait parler dans notre ville tout le monde. Jusque là, je n’avais pas la moindre idée de ce que l’on pouvait bien faire dans un studio. Je ne savais pas sur quoi il fallait que je prête attention et ce que je devais demander. Les seuls facteurs pour moi importants étaient le prix et la propreté.

Depuis ce temps là les clients potentiels sont tellement bien informés qu’il est très éprouvant pour certains entraîneurs -appelés même dans les studios plus importants Responsable Vente- d’acquérir de nouveaux membres. En plus des tarifs et de la propreté, la diversité et enfin et surtout un grand parking devant la porte d’entrée sont des facteurs déterminants.

Les entraîneurs sont plus que des prestataires de service, ils doivent prendre des responsabilités vis à vis des personnes inscrites.

Le premier studio dans lequel j’ai fait mes débuts était petit et clairement défini, le responsable faisait encore personnellement sa tournée, saluait les membres par leur nom et serrait les mains. Je n’avais aucune notion en ce qui concerne entre autre l’enseignement fitness et l’alimentation saine et équilibrée, mais cette petite sensation d’être quelqu’un me motivait et je n’avais pas l’impression d’être un pion parmi la foule.

Je suis devenu entraîneur par hasard, par curiosité et par ambition et je m’étais donné comme but dès le début de traiter tous les clients de la même façon. Tous les membres le méritent et c’est le minimum qu’ils puissent attendre non pas qu’ils aient payé un abonnement mais parce qu’ils sont -tout comme moi- des « êtres humains »!

Que ce soit un bodybuilder qui s’entraîne quotidiennement ou que ce soit une quinquagénaire qui commence à se préoccuper de sa forme ou que ce soit un professeur qui se retrouve à côté d’un smicard pendant une séance de fitness. Ils veulent être en fin de compte tous à la même enseigne.

En raison de la diversité de la fonction, l’entraîneur sportif doit en définitive avoir le rôle de coach. Nous devons être présents pour nos clients – déjà sur le parking devant le studio, pendant le cours et même sur le tapis de gym.

Les clients veulent au 21ième siècle un bien-être intégral. Et cela ne doit pas s’arrêter à la sortie du studio. Par exemple un cours pour la musculation de la colonne vertébrale : pendant la séance tout le monde va se concentrer sur sa posture – et après? Toutes les bonnes résolutions prises pendant l’entraînement sont bien vite oubliées.

La fonction de l’entraîneur de fitness est aussi de bousculer un peu les habitudes. La santé n’est pas une marchandise !

L’entraîneur de fitness a aussi la fonction de trouver la juste balance entre les besoins et la motivation. Il doit essayer de modifier la mauvaise approche (« mon docteur a dit que je devais faire du sport ») pour déclencher une véritable envie, de mettre en place avec le client un emploi du temps pour contrer l’argument du manque de temps et d’intégrer la notion santé dans leur mode de vie – à long terme-.

Muhammad Ali a dit un jour : « Impossible est un mot utilisé par les gens pour lesquels il est plus facile d’accepter le monde tel qu’il est au lieu de prendre le risque de le changer ! »

Je suis entraîneur – et vous ?


Imprimer Print Page | Envoyer un article  artikel versenden | S'abonnerRSS FeedXML Feed